DURABILITE ET ECONOMIE D‘ENERGIE UNE PRIORITE

DURABILITE ET ECONOMIE D‘ENERGIE UNE PRIORITE

LA DURABILITE EST AU CENTRE DE TOUS LES DEBATS DEPUIS PLUSIEURS ANNEES MAINTENANT. À TRAVERS LE MONDE, TOUS LES PAYS SONT CONFRONTES AUX PROBLEMES LIES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE. PROFESSIONNELS ET PARTICULIERS AUX QUATRE COINS DU GLOBE DOIVENT FAIRE FACE A L’AUGMENTATION DES PRIX DU PETROLE ET DU CHARBON. CETTE HAUSSE DES PRIX DEVRAIT D’AILLEURS SE POURSUIVRE EN RAISON DE LA BAISSE CROISSANTE DE CES RESSOURCES ET DE L’AUGMENTATION DE LA DEMANDE DANS LES MARCHES EMERGENTS, COMME LA CHINE ET L’INDE. 

Indiscutablement, ces problèmes climatiques et économiques exigent des changements radicaux au niveau de nos habitudes et de nos comportements. Dans les années 1970, après la première crise pétrolière, le concept de durabilité consistait essentiellement à développer des bâtiments mieux isolés. Les années 1990 ont été marquées par l’expérimentation en matière de concepts climatiques architecturaux, comme les toitures végétalisées, les atriums et les façades high-tech à double peau. Les gouvernements et les organisations environnementales ont ensuite développé de nouveaux labels de qualité, comme FSC (Forest Stewardship Council), un label de qualité que Reynaers a rejoint et qui garantit la gestion durable des forêts d’où sont extraits le papier et le bois. D’autres labels ont également été créés, comme le label Passiv Haus, accordé aux bâtiments dont la demande en chauffage et en climatisation est extrêmement faible.

Il aura fallu attendre la création en 2002 du livre et concept « Cradle to Cradle », cosignés par l’architecte William McDonough et le chimiste Michael Braungart, ainsi que la sortie en 2006 du film d’Al Gore sur le réchauffement climatique « Une vérité qui dérange » pour que le grand public prenne conscience du concept de durabilité. Comme les bâtiments sont responsables d’une partie substantielle des émissions totales de CO2 dans l’UE, l’industrie du bâtiment a également fait de la durabilité une priorité absolue. «Le problème est urgent», lance le Dr Nigel Jollands, Chef du Service Efficacité Énergétique à l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), qui conseille plusieurs pays de l’AIE ainsi que les membres du G8 sur le dossier énergétique. «Nous avons absolument besoin d’une révolution énergétique. Le système actuel n’est pas durable – il pollue et il est onéreux. Les bâtiments consomment en moyenne 40 % des ressources énergétiques des pays. Prendre des mesures pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments constitue donc une priorité absolue».

“LES BÂTIMENTS ÉTANT RESPONSABLES D’UNE PART SUBSTANTIELLE DES ÉMISSIONS TOTALES DE CO2 DANS L’UE, L’INDUSTRIE DU BÂTIMENT A FAIT DE LA DURABILITÉ UNE PRIORITÉ ABSOLUE”

LES BÂTIMENTS ÉTANT RESPONSABLES D’UNE PART SUBSTANTIELLE DES ÉMISSIONS TOTALES DE CO2 DANS L’UE, L’INDUSTRIE DU BÂTIMENT A FAIT DE LA DURABILITÉ UNE PRIORITÉ ABSOLUE

Les panneaux photovoltaïques installés sur le toit du centre de distribution Reynaers de Duffel Produisent 80% des besoins énergétiques du site

Thème de développement clé

L’efficacité énergétique, un des principaux thèmes abordés par Reynaers dans les développements effectués ces dernières années, est un sujet sur lequel Reynaers travaille sans relâche. Par exemple, le fabricant a consacré une grande attention aux fenêtres isolantes, aux portes coulissantes et aux murs-rideaux qui permettent de minimiser la perte d’énergie d’un bâtiment. Reynaers cherche des solutions pour mieux réguler la lumière du jour, en développant des profilés très fins pour les grands panneaux de verre de manière à laisser pénétrer davantage de lumière, ce qui permet de réduire la consommation d’énergie pour l’éclairage et le chauffage. C’est aussi en développant des systèmes brise-soleil, qui permettent de contenir le soleil à l’extérieur et donc de réduire l’énergie nécessaire au refroidissement. Reynaers travaille à la mise en place de systèmes qui permettent de produire de l’énergie et propose désormais des systèmes de façade et de brise-soleil permettant l’intégration de panneaux solaires. Reynaers ne se contente pas de développer des systèmes durables, la société consent également d’importants efforts pour minimiser sa propre consommation de combustibles fossiles. En 2007, 3 072 panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit du nouveau centre de distribution du siège de Duffel (Belgique). Ils produisent plus de 550 000 kWh par an et réduisent de 300 tonnes les émissions de CO2. Cette installation, qui comptait 7 047 panneaux fin 2010, génère aujourd’hui 80 % de l’énergie totale consommée. 

Objectifs stratégiques

Reynaers prend l’entreprenariat durable très au sérieux : la société souscrit au concept de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) et veille à ce que la RSE soit au centre de ses pratiques commerciales. Le concept de RSE consiste à répondre aux demandes de toutes les parties prenantes, en respectant la devise « Personnes, Planète, Profit ». Reynaers a pris de nombreuses mesures dans le cadre de cette politique ambitieuse. Le volet « Personnes » ne se limite pas à mettre l’accent sur les notions de service client et de simplicité d’utilisation, mais aussi à mettre en avant les plus simples mécanismes de fonctionnement pour fenêtres et portes ou encore à encourager l’utilisation d’un minimum de pièces par projet afin de minimiser le risque d’erreur. Le concept des «Personnes» vise également à encourager la conscience sociale des employés par le biais d’une journée communautaire annuelle. En termes de «Planète», l’accent est mis sur l’architecture et sur l’intégration des innovations techniques en matière d’efficacité énergétique, comme l’installation photovoltaïque sur l’entrepôt de Duffel (Belgique). Citons également le développement de profilés isolants de haute qualité et de systèmes de ventilation plus esthétiques, proposés aux architectes dans quasiment toutes les tailles et couleurs. Ces innovations permettront, à terme, de rendre la durabilité plus attractive et donc d’en faire un choix évident.  Le terme «Profit» renvoie à la santé financière de l’entreprise, nécessaire aux travaux de recherche et développement et à la mise en place de nouveaux systèmes durables. Cela inclut le développement de nouvelles connaissances et l’échange de ces connaissances avec d’autres parties. Reynaers ne se contente pas de vendre des systèmes à faible consommation énergétique, le fabricant participe également à différents projets. L’entreprise examine par exemple actuellement la façon dont l’approche «Cradle to Cradle» pourrait être appliquée au groupe Reynaers. Afin de promouvoir le recyclage de l’aluminium, Reynaers a récemment commencé un projet, aux côtés de son partenaire E MAX, une société belge spécialisée dans l’extrusion d’aluminium. Ensemble, les deux entreprises projettent de rénover une ancienne façade en aluminium, de refondre différents éléments et de produire de nouveaux profilés conformes aux dernières normes en matière d’isolation thermique. Enfin, Reynaers a noué un nouveau partenariat avec l’Agence Internationale de l’Energie (AIE). L’objectif de ce partenariat est de développer une «Feuille de route sur les fenêtres», une brochure pour les gouvernements sur l’efficacité énergétique et les fenêtres. Nigel Jollands explique : «La contribution des entreprises comme Reynaers au travail de l’AIE offre, à nous comme aux gouvernements, une meilleure compréhension des nouvelles technologies et de la manière dont les politiques sont appliquées sur le terrain. Par ailleurs, l’expérience du secteur privé en matière d’efficacité énergétique peut se transformer en recommandations relatives à l’élimination des barrières existantes et la création de subventions ». La demande pour les systèmes de construction durables va continuer à augmenter dans les années à venir, aussi bien pour les constructions neuves que pour les projets de rénovation. Les solutions novatrices de Reynaers, ses efforts continus en matière de recherche et de partage de connaissances vont permettre à l’entreprise de contribuer à l’essor d’une nouvelle ère dans le secteur du bâtiment.